DIY tee-shirt dos en dentelle

DIY_dentelle_tuto1

Je me fais une joie de vous présenter mon dos de camionneur.
Je ne sortirai pas dans les jours à venir mon super tee-shirt en dentelle (fait froid).
Tu prends un tee-shirt basique (pour mon cas, il allait attérir à la poubelle). Tu coupes le dos à l’arrache, au pif (déjà râle pas, rien n’est symétrique chez toi, regarde bien tes oreilles !).
DIY_dentelle_tuto3

DIY_dentelle_tuto5

J’ai poussé le vice en gardant le biais de l’encolure du dos.

DIY_dentelle_tuto4
Ensuite le morceau découpé, tu l’épingles sur un morceau de dentelle pour le reproduire à l’identique. J’ai fouillé chez Emmaeüs et trouvé un chemisier de mamie en dentelle.
Et là j’ai mis la dentelle à l’intérieur du tee-shirt et cousu. Je voulais un effet destroy. ça fait effectivement destroy… mais un peu trop. bye

La cape des grands froids

La Barakossa elle me croit même pas cape de faire la cape des grands froids. ça tombe bien, il fait froid… je l’ai commencée à l’atelier de couture de l’Effet papillon.

Contance, la couturière, est adorable et a beaucoup de patience. Je conseille ces ateliers même aux grands débutants.
J’ai fini cette cape à la maison pour le col. Les anges ont dû avoir mal au crâne de m’entendre jurer…. mon premier col à poser et à coudre. ça m’a fait l’effet d’un saut à l’élastique.
Elle est doublée avec un tissu d’étoiles noires, fond gris. C’est bien sûr de la fausse fourrure. Il y en avait partout. Le hic pour les fourrures synthétiques à coudre.

cape_barakossa1

tu l’as ou tu l’as pas la barakossa


Sophie Bouger (l’auteur du livre) m’a laissé un com s’étonnant que je la cite. Et moi étonnée d’avoir un message. Bref, toutes les deux, les yeux en ronds de serviette… plein d’étonnement… on devait être vachement très belles. Passé ce moment tout rempli d’émotion, je le répète j’adore son bouquin que je ne l’ai pas volé, je l’ai acheté. Je le recommande mille fois, à toute, débutante ou plus confirmée.

http://www.barakossa.com/

Il est rempli de soleil, de bonheur, de petits bouchons.
Ce bouquin donne envie de s’y mettre (à faire des bouchons ou de coudre ?? les deux tiens !). Tu as aussi de la déco, sac, coussins… et aussi une partie pour la couturière pour une belle tunique ou une blouse. Même l’homme est content, il a son tablier !.
Hasta les chonchons

L’atelier Voltaire à Douarnenez

Pendant les vacances d’été, j’étais en manque de couture…. j’aime bien coudre mais pas forcément toujours toute seule. Pourtant, lorsque je pique, tu m’entends pas beaucoup… Une collègue m’avait parlé des sacs de Julie Kleim. Je tapote et tombe sur son site. Et là bingo, des cours de couture en plein mois d’août… le pied… Continuer la lecture de « L’atelier Voltaire à Douarnenez »

David Vicente pour The Kooples

Un petit tour dans la boutique des plus beaux couples du monde qui s’aiment le temps d’un shoot… David Vicente a collaboré avec cette marque, une série de tees terrible. Vicente est graphiste, illustrateur, tatoueur…
Le tee n’est plus disponible et celui du greaser a bouloché… le temps est assassin.
Tu peux te consoler sur le shop de David Vicente. C’est déjà ça

La biographie de Jean-Paul Gaultier par Elizabeth Gouslan

biographie-jean-paul-gaultier-gouslan
extrait : « Enfant unique, prodige et prodigue, machine de guerre au travail, grand convecteur captant le monde tel qu’il est et le transfigurant en 3D sur ses carnets, dadaïste autodidacte, Gaultier possède, comme le dit Karl Lagerfeld, « une vision et une vista. » Fils spirituel de personne, ce tsunami a dévasté le jardin à la française, déconstruisant d’abord le Bescherelle du prêt-à-porter puis le Larousse couture. Joker sans cravate au sein d’un Jockey Club, qui ne compte plus que onze membres, il se tient en retrait, l’oeil qui frise de malice, l’air de ne pas en toucher merveilleusement libre, détaché, se méfiant du marketing, du merchandising et des trusts, toutes choses peu poétiques. Un Huckleberry Finn qui habillerait les Fauntleroy, mais du bout des doigts. En vingt ans, seuls deux Français ont su s’imposer sur le marché américain : Christian Lacroix et Jean-Paul Gaultier. Cet exploit ne l’émeut pas. L’avant-gardiste devenu classique par inadvertance continue sa route en zigzag. »

J’ai adoré cette biographie de Jean-Paul Gaultier. Je le conseille à tout le monde, même si l’écriture d’Elizabeth Gouslan, journaliste, ressemble à de longs poêmes. Parfois son écriture tourne et valse avec les mots. Je me suis sentie un peu étourdie et désorientée. Sa perception du grand maître est parfois triste. Ce qui rend le texte mélancolique malgré sa description de Gaultier toujours joyeuse et gaïe. Elle a mis en lumière le côté paradoxal de ce génie. D’un côté la gloire, la fête, l’intelligence, l’argent, la beauté et de l’autre la solitude, le bourreau de travail, le deuil et la tristesse. Jean-Paul Gaultier c’est tout ça. ça nous émeut, ça nous bouleverse. Il a perdu son grand amour Francis et ne s’en est jamais remis. Je suis une grande fan, une admiratrice….
Sans doute aussi car il aime l’univers « prolo », aime les gens simples, la vie. Il est humain, humaniste.

Un deuxième livre que je vous conseille vivement « Le Défilé« .

jean-paul-gaultier-le-defile


« 
Jean Paul Gaultier a réalisé les costumes de douze spectacles chorégraphiques et vidéos de Régine Chopinot.
Le plus connu d’entre eux est Le Défilé (1985), création atypique pour seize danseurs, comédiens et mannequins. Mi-défilé de mode, mi-ballet, il a fait date dans l’histoire de la mode et de la danse en réconciliant une nouvelle génération de chorégraphes avec le costume de danse. Ce livre retrace pour la première fois la collaboration entre le couturier et la chorégraphe. Il permet de redécouvrir des costumes qui n’ont jamais été montrés au-delà des représentations elles-mêmes et sont autant de jalons dans le parcours créatif de Jean-Paul Gaultier.
Les recherches stylistiques qu’il expérimente pour la danse s’inscriront parfois dans son prêt-à-porter puis dans la haute couture. Des robes corsets d’une exemplaire exécution, des carapaces de tutus taillés et sculptés, des combinaisons peintes en trompe l’œil, des crinolines et des laines tricotées, des accumulations et des rencontres inusitées jusqu’alors entre matériaux et objets de récupération confèrent à chacun des costumes un statut scénique fort qui crée un effet de miroir avec la création de mode du couturier. « 

Chabada Vintage, plus qu’une boutique !!!

Chabada est ouverte depuis 3 ans environ. Le vintage nous tient à cœur par soucis de protection du patrimoine, pour lutter contre le gaspillage, la surconsommation et sensibiliser les gens à la fabrication de vêtements dans de mauvaises conditions.

Chabada Vintage, une boutique vintage à Lausanne, une rencontre… électrique ! Dommage que je sois si loin de leur boutique… (mais la bonne nouvelle : des commandes en ligne sont possibles).

Bonjour Chabada Vintage, merci d’avoir accepté de me parler de vous et de me présenter votre boutique de mode.
Pouvez-vous nous parler de cet intérêt pour les vêtements et accessoires vintage ? Quelles sont vos sources d’inspiration ? Qui sont vos icones ?
Chabada est ouverte depuis 3 ans environ. Le vintage nous tient à cœur par soucis de protection du patrimoine, pour lutter contre le gaspillage, la surconsommation et sensibiliser les gens à la fabrication de vêtements dans de mauvaises conditions. Nos sources d’inspirations varient et font parties de nos envies car Chabada c’est un style très féminin avec de l’humour qui évolue selon l’air du temps…Hé oui… !

Nos autres sources d’inspiration : les journaux, les livres, les blogs… les années 1950-1990, notre instinct car chaque vêtement est choisi avec soin pour ce qu’il dégage. Nos icônes sont les couturières de quartier et toutes les femmes qui osent !!!! et quelques maisons de couture.

Est-ce que s’habiller vintage fait partie d’un style de vie ? (musique, maquillage, livres….)
Le total look vintage n’est pas de mise : mixer avec des vêtements actuels est plus facile et ne fait pas DÉGUISÉ (car rien ne me fait plus mal au cœur qu’une robe choisie pour le carnaval).
Penser vintage ou 2ème main pour les vêtements, meubles, livres, etc. est un art de vivre !!.


Est-ce que votre blog évoluera vers une boutique en ligne ?
Une boutique en ligne ? pas pour le moment, mais on peut nous contacter si un vêtement plaît, il n’y a pas de règles !!.

La boutique est ouverte le jeudi et vendredi de 13h30-18h30, le samedi 12h-17h et sur RDV.

CHABADA VINTAGE
cheneau-de-bourg 4
1003 Lausanne

Allez vite vous balader sur leur site internet. De belles pièces, sacs, chaussures, robes… Et une philosophie qui me tient à cœur aussi. Le vintage n’est pas seulement une mode mais aussi une réponse à nos soucis de protection de l’environnement et respect de l’être humain. Une belle réponse au développement durable. Alors merci les filles !!

Leur site internet : http://www.chabadavintage.com/