Holy smoke par Jane Campion

holy-smoke_affiche

Comédie dramatique de Jane Campion, Holy Smoke est un film sortie en 1999. Jane Campion, réalisatrice néo-zélandaise était la Présidente du jury du Festival de Cannes cette année. Elle ne vous est pas tout à fait inconnue sans doute, seule lauréate de la Palme d’Or avec le film La leçon de piano.
Elle m’avait touchée avec Bright Star, l’histoire de John Keats et de Fanny Brawne, un amour non conventionnel dans une société conservatrice. Ce poète vivant aux dépends de ses amis confiera son amour à cette riche héritière à travers ses écrits, ses courriers.

Holy smoke réunit Pam Grier de Jackie Brown, Kate Winslet et Harvey Keitel l’indien de la leçon de piano. L’histoire d’une jeune fille qui lors d’un voyage en Inde s’embarque dans l’univers d’un ashrman sous la coupe d’un gourou. Sa famille pour la récupérer contacte un professionnel coach spécialiste dans le déconditionnement qui s’engage en trois jours à la faire quitter cet état de dépendance. Sa technique ? il en a quelques unes… par phase. Pour cela il décide de s’isoler. Mais attention… lui qui se sentait si fort va se confronter à un ange destructeur. Le face à face est un jeu malsain qui va vite dégénérer.

holy-smoke2holy_smoke1Holy-Smoke3

Harvey Keitel and Kate Winslet in Holy Smoke.
holy-smoke6

Mon avis
L’extrait d’une Kate Winslet déjantée, brayant au volant de sa voiture à travers ce désert australien, un mélange rock mytisque saupoudré de terre rouge feu, m’a scotchée devant mon petit écran. Arte a sans doute proposé cette diffusion au vu du rôle important de la réalisatrice à Cannes. Merci Arte.
Ce film met en duel un homme soi-disant fort… fort mentalement, physiquement avec une jeune fille qui semble fragile et se perd dans une secte indienne. La famille a l’air complètement déjantée, beaucoup plus que la jeune fille…

Ce face à face est plutôt cruel. Parfois hilarant. Mais la plaisanterie peut vite déraper. Et le jeu n’en est plus un. On assiste à cette escalade d’un rapport de force dangereux.

Je n’ai pas vraiment de critiques négatives à faire sur ce film. Les personnages ont chacun une forte identité qui est formidablement bien jouée. J’aurais juste peut-être forci le trait pour Harvey Keitel, ce coach. Parfois je le trouve « neutre ». J’avoue je ne suis pas une grande fan de cet acteur.

Allez je vais mettre un 7/10.
Bonne soirée. Les très belles photos en noir/blanc sont de Gerald Jenkins.

kate-sam-old-delhi-layout-web-jpg kate-jagged-little-pill-layout-web-jpg kate-layout-new-web-jpg

1 pensée sur “Holy smoke par Jane Campion”

  1. J’avais très envie de le voir à l’époque de sa sortie, mais finalement, cela ne s’est pas fait… Il va falloir que je rectifie ça!

Les commentaires sont fermés.