Irma Vep

Synopsis : « Un réalisateur, René Vidal, entreprend sur commande de tourner une nouvelle version du film Les Vampires réalisé en 1915 par Louis Feuillade. Il veut donner le rôle d’Irma Vep à Maggie Cheung, une actrice chinoise originaire de Hong Kong et qu’il a repéré dans des films de Kung Fu. Le tournage devient assez vite catastrophique. Vidal n’est pas content de ce qu’il fait et pète les plombs. »

Quelle sensation bizarre lorsqu’un réalisateur que tu adûles (le mot est un peu fort) a créé une belle daube… un truc sans nom. gloups. Tu as envie de fermer les yeux. Tu te dis que ce n’est pas lui. On se voile la face.
C’était long et ronflant. Pourtant, Assayas était bien parti : nous faire voir l’envers du décor du monde du cinéma ; les bassesses, les rififis entre le personnel, le stress du montage, les scènes à jouer, à rejouer… ça ne doit pas être drôle tous les jours… strass et compagnie ce n’est pas pour tout le monde. Et puis du coup, j’ai aussi regardé les images du film muet de Louis Feuillade en 1915. Louis Feuillade, celui qui a adapté Fantomas.

Je marque une pause avec Assayas… je vous souhaite une belle journée.

Les films vus : L’Enfant de l’hiver, L’Eau froide, Irma Vep, Fin août début septembre, Les Destinées sentimentales, Clean, Boarding Gate, L’Heure d’été, Paris je t’aime.

Mes choix : Fin août début septembre, Clean et Boarding Gate, Paris Je t’aime.

3 pensées sur “Irma Vep”

    1. il doit aimer bcp Feuillade. L’idée était assez bonne, mais assez mou comme film. On dirait presque un doc. bises Skarlette

  1. J’ai adoré ce film de Assayas ! Un grand réalisateur (et par hasard, je regarde Carlos ce soir, du même auteur !)

Les commentaires sont fermés.