Gîte de France à Ploumilliau (22)

Arnie c’est comme qui dirait…. un exemple et Anno c’est disons…. toujours une surprise :). Arnie et Anno on les connais depuis….. ooooffffff au moins ça…
Avec Anno on a fait la conduite accompagnée ensemble, et Arnie m’a appris à cuire les pommes de terre.
Anno très courageux était toujours le premier pour aider le maraîcher à sortir ses cageaux de légumes pour le marché à Plestin-les-Grêves…. le dimanche matin…. à l’aurore. Ne vous posez pas trop de questions. c’est juste de l’entraide local.

Il nous a aussi appris à prendre les ribines, les gwenojenn.

On a grandi…. un peu…. On ne peut plus faire le marché le dimanche matin…. On a quitté les gwenojenn pour la national.

Si un jour il vous prend de vouloir visiter le Trégor, une très belle région dans les Côtes d’Armor, arrêtez vous chez Annie et Arno. Vous serez très bien accueillis chez nos amis. Leur gîte de France est confortable et idéal pour des soirées en famille ou entre amis (une petite flambée). Sa situation est aussi idéale. Près de Lannion, Ploumanac’h, St-Michel-en-Grêve, Plestin-les-Grèves…. Toute la côte de Granit rose à portée de main.

Gite Hent Glas à Ploumilliau

bonne nuit (je dis toujours bonne nuit
mais si vous lisez ça demain forcément c’est loupé….
bonne nuit quand même…)

Arnaud Fleurent-Didier et moi c’est une histoire de pull….

Ruquier le compare à Vincent Delerm ou certains font un paralèlle avec Biolay. Pffffffff Pas du tout. D’autres le qualifie de fils à papa, de bobo…. je ne pense pas.

J’ai beaucoup aimé l’article écrit par les Inrocks. A lire.
Un pince-sans-rire peut-être. Et pourtant je perçois aussi une certaine mélancolie dans ses mélodies. Mais rien à voir avec Delerm. Quelque chose de plus vivant, une nouvelle énergie.
De l’humour. et de l’intelligence. Par contre bon ben les pulls…

Je suis déjà fan…. des pulls (cachemire j’espère quand même !!!) euh pas mal la veste en velours aussi. Ils la font pas pour femmes ?

Tatouage inspiration Mexicain

Guadalupe tatouage
Guadalupe tatouage

Le greaser a un faible pour les tatouages mexicains.
Il m’a raconté l’origine du sien que je vous relate tant bien que mal :
Les Mexicains sont de fervents catholiques. Au mois de novembre, ils fêtent aussi leurs morts, Dia de Muertos, mais différemment… Beaucoup de joie et de couleurs se mêlent au rituel. C’est une vraie fête qui dure deux jours. On mange ensemble, on dresse des autels, on décore les cimetières. Les têtes de mort sont décorées et fleuries. La mort est belle. Les fleurs portent bonheur.

dia-de-muertos
Skull et Catrina pour la fête des morts

dia_de_los_muertos

Les Mexicains semblent vivre en harmonie avec leurs morts. Lorsque je regarde ces photos, je n’éprouve pas de sympathie pour notre culte. Ici la mort nous fait peur et lorsqu’on en parle, il faut prendre son air le plus compatissant possible. Le sourire est prohibé….
Au Mexique, un festin est même dressé autour des tombes. On consomme des pâtisseries et bonbons en forme de têtes de mort, d’ossements ! Les tombes sont éclairées de bougies. Elles guident les âmes. On dresse des autels pour les défunts. Quelle générosité de partager sa douleur.

catrina_skull_tattoo
Catrina
catrina_tatto
tatouage La Catrina

La Catrina est une figure emblématique au Mexique. Le jour de la fête des morts, elle est un symbole populaire. Une tête de mort très chic, elle est aujourd’hui représentée en femme fatale. Son image qui a évolué vers un dessin plus féminin est très en vogue dans les salons de tatouage.
Les têtes de mort sont ornées d’arabesques, de fleurs en couleurs.
skull_tattoo

Aaron – Brest – Bonheur

brest_aaron_la_carene_2010
Aaron Brest La Carène 2010

Parler de musique est un exercice difficile.
En effet, la musique comme beaucoup d’entre nous, résonne, procure des sensations agréables ou inversement. Nous ne sommes pas là pour dire si le Fa et le Do sont bien placés.
aaron_2010Alors je me lance.
Un moment de bonheur et de frissons. Lorsque le concert m’enveloppe, je me sens transportée. Ce groupe a créé l’osmose, un état de transe entre eux et le public. Simon se donne, en donne, partage, parle, sourit. Hummm j’adore. Des sons électro, aux guitares new wave, un style différent. J’avais peur de m’ennuyer, d’un concert trop statique. Que les émotions ne passent pas. Non pas du tout. Je suis in love ;-))

Totoro, Chihiro, Ponyo, Porco Rosso….

le-voyage-de-chihiro_hayao_miyazaki

Dans la famille, du petit bouchon au gros, nous sommes fan d’Hayao Miyazaki. Je me souviens très bien de ma première rencontre, en 2002 alors que Princesse Mononoké était connu du grand public. Je suis sortie de la salle comme une serpière après m’être frottée au Voyage de Chihiro.
Quitter sa famille, couper le cordon, travailler, les liens qui s’effacent, les gens qui s’éloignent, la difficulté de la vie, se battre… un concentré dans un dessin animé….
Le choc a été assez violent. Ce dessin animé avait réveillé en moi les doutes et les craintes d’une petite fille, que j’étais et que je suis encore !. Ce n’était pas une sensation agréable. D’ailleurs je ne l’ai jamais revu. Et pourtant je l’adore. Depuis, je picore les oeuvres de Miyazaki. J’ai adoré Ponyo. Je ne connais pas encore Totoro. J’ai beaucoup aimé Porco Rosso !!

affiche-porco-rosso-1C’est l’histoire d’un pilote devenu cochon (un mauvais sort ?), chasseur de primes solitaire à bord de son hydravion. Les méchants sont craquants. On y trouve une histoire d’amour et aussi de l’amitié.
Une citation de Porco Rosso à consommer sans modération ! :
« Il y a des choses qui ne se disent que dans l’intimité ».

Le frère de Gabrielle Aznar a coécrit un livre « Hayao Miyazaki : Cartographie d’un univers ».

Musée de Pont-Aven – 25 ans d’acquisitions

Je ne suis pas une fana de croûtes. De vieilles croûtes surtout. Le fait d’avoir fréquenté d’un peu plus près les musées, ça m’a ouvert un peu l’esprit. ça ne fait pas de mal de se frotter à des mondes qu’on ne fréquente pas d’habitude. Pendant mon enfance, les musées me faisaient peur, étaient pour moi réservés à une élite. Mes parents ne les fréquentaient pas. Par manque de temps.

Je peux comprendre les gens qui n’osent pas rentrer dans un musée. ça impressionne. On ne se sent pas très bien. Il ne faut pas parler trop fort, on se sent un peu bête…. (un peu comme dans une salle d’attente chez un médecin, oppressant l’ambiance).

Aujourd’hui les musées s’ouvrent de plus en plus au grand public. Ne sont plus réservés à quelques privilégiés. Ils proposent souvent des ateliers enfants par exemple. A Quimper, la maison du patrimoine propose des ateliers pendant les vacances scolaires pour les enfants à partir de 7 ans. Je trouve ça génial. Les habituer tout petit à rentrer dans un musée, découvrir, et s’ouvrir à la culture. Et plus tard, ils auront le réflexe d’y retourner.

J’aime le petit musée des beaux-arts à Pont-Aven. On retrouve des toiles d’artistes qui ont fréquenté l’Ecole de Pont-Aven (et ouais y’a pas que des galettes… 🙂

En 1888, Paul Gauguin vêcut à Pont-Aven, à la pension Le Gloanec accompagné d’Emile Bernard. A cette époque, il renonça à l’impressionnisme pour le synthétisme.

paul_gauguin_gilet_breton
Paul Gauguin portant un gilet breton

Le synthétisme en peinture c’est quoi ? (je te résume, enfin ce que j’en retiens) :
– les contours sont marqués,
– il n’a plus d’effet d’ombre,
– utilisation de larges aplats bien délimités,
– simplification des formes,
– la réalité n’est pas forcément représentée. Les artistes peuvent peindre dans leur atelier.

Ce sera peut-être plus parlant avec cette toile « La vision après le sermon ».

la_vision_après_le_sermon_Paul_Gauguin_Pont_Aven
« La vision après le sermon » – Paul Gauguin – 1888
gauguin_pension_cloanec
Pension Gloanec – Pont Aven – Musée de Pont Aven


Les artistes séjournaient à la pension Gloanec : Gauguin, Emile Bernard, Sérusier….

Et voici ma petite préférée que vous pouvez voir en ce moment au musée, une oeuvre au pastel remplie de charme « Deux têtes de Bretonnes » de Gauguin…. Mais vous pouvez aussi voir quelques toiles d’Henri Rivière (miam) et aussi une de mes préférées « La jeune fille de Rosporden » de Dezaunay.

Deux_tetes_de_bretonnes_gauguin

Deux têtes de Bretonnes, Paul Gauguin 1894

Je vous aime de Claude Berri

jevousaime_claude_berri

Serge Gainsbourg… son mal de vivre, ses petites mélodies, le rapport qu’il avait avec l’argent, et avec les êtres. Il pouvait être horrible sans être méchant (quoique). Attachant quoi. On lui pardonne tout. Parce qu’il aimait sans doute un peu trop.

« Je vous aime » un film qui s’inspire de la vie de Catherine Deneuve. Joué par elle.
C. Deneuve une vraie femme libérée. Une sacrée nana. Je l’aime bien. Même si ses airs hautains m’agacent un peu.

Pendant le tournage, Serge G. se sépare de Jane. Un moment difficile pour eux. On le sent bien pendant le film qu’il n’est pas trop dans son assiette.

Ce film s’inspire de leurs vies. Un beau film de Claude Berri.

Catherine Deneuve : Traîner toute la nuit j’en ai marre. Pour moi c’est pas ça la vie !

Serge : Moi j’ai besoin de déconner pour écrire mes chansons, c’est parce que je me fous de la vie que les gens aiment c’que j’fais. Y’en a qui chantent l’espoir en faisant chier, moi je chante le désespoir en faisant marrer !!

On sent bien la colère pendant La Fautive….. Ces dialogues s’inspirent de la vie de Jane et de Gainsbourg (même si c’est Deneuve qui tient le rôle).
Bonne nuit les chonchons

Apocalypse Bébé – Virginie Despentes

virginie_despentes_apocalypse_bebe« L’histoire de Lucie, détective privée sans talent, chargée de suivre Valentine, fille unique de l’écrivain François Galtan jusqu’au jour où… l’adolescente disparaît. Lucie se voit alors confier la charge de la retrouver, on lui conseille de se faire aider de « La Hyène » femme androgyne, solitaire et étrange. « 
J’avais entendu parler de ce film « baise moi » et puis plus rien… je n’étais pas allée le voir. Le titre me dérangeait et les critiques étaient partagés. Je n’aimais pas beaucoup l’affiche du film. Rien ne m’attirait.
Plus tard, en regardant le Grand journal sur Canal, elle était là avec Nothomb à faire sa promo pour son nouveau bouquin. Franchement, j’ai pas accroché. Et lire à longueur de pages que truc organise une partouze avec machin, et que bidule s’est fait prendre par truc… bof. Cependant… il était temps que je lise vraiment ce bouquin au lieu de me contenter de préjugés. Et j’avais rien compris effectivement de cette femme. Claque in my face.

Ce livre restera dans ma bibliothèque, celui-là ne bougera pas, et si je ne suis pas trop rigide dans mes principes à deux balles, je le relierai. Je vais essayer de voir ce film et je vais sans aucun doute emprunter ses anciens romans à la médiathèque.

Apocalypse Bébé une vraie intrigue. Les personnages sont attachants. C’est bien écrit, non c’est écrit admirablement bien. Il n’y pas trop de partouze et compagnie. ça reste soft (bon c’est sûr je ne le mettrais pas dans les mains de ma nièce même si elle comprend déjà beaucoup de choses…).
Parfois, ça tourne un peu en caricature et les supers pouvoirs de la Hyène sont un peu super exagérés. Je suis sans doute passée à côté d’explications. Qu’importe. C’est un bon roman.
Le personnage de Lucie (on s’identifie forcément à elle) est le seul personnage « normal », qui rééquilibre toute cette… on peut pas dire misère… décadence humaine. Je suis passée à Métronome de Lorant Deutsch. Je peux vous dire que la transition est très très difficile. Passer de « Panique dans ton cul » à Jules César, c’est toujours un peu perturbant. Mais je sens que c’est un bouquin qui va me plaire. Savoir que les Parisiens étaient des paysans héhé j’me bidonne. Allez c’est pas méchant. J’imagine juste Karl Lagerfeld en guenilles, sans ses lunettes, a bêcher dans le champs tout crassou. Tout de suite je vais passer une bonne journée.