La perfection du tir de Mathias Enard

image

Ce bouquin je l’ai lu à 13h, à minuit, deux pages, 100 pages… il m’a dérangé, je ne l’ai pas quitté. Dans ma veste, dans mon sac… il fallait absolument que je m’imprègne de cette atmosphère de guerre et de passion amoureuse.
Il est puissant et dur. Continuer la lecture de « La perfection du tir de Mathias Enard »

Roman « Rien n’est trop beau » de Rona Jaffe

rien_nest_trop_beau_rona-jaffe

Histoire

« Lorsqu’il fut publié en 1958, le premier roman de Rona Jaffe provoqua l’engouement de millions de lectrices américaines. Continuer la lecture de « Roman « Rien n’est trop beau » de Rona Jaffe »

Un roman Steampunk

Le «Worldshaker», un navire-monde, sillonne les mers du globe. À sa tête, la reine Victoria III, à ses commandes, sir Mormus. Et à son bord, 10 000 personnes… et 2 000 Immondes. Colbert Porpentine appartient à l’élite. Bientôt, il remplacera son grand-père aux commandes. La belle vie… Pourtant, l’intrusion dans sa chambre de Riff, une Immonde, va bouleverser son existence faite de mensonges et de faux-semblants. Car la vie de l’élite est une vie de confort, d’intolérance, d’aveuglement. Quelle justice peut-il y avoir dans un monde où les enfants sont notés en fonction de leur rang social ? Où, sur les ponts inférieurs, les Immondes sont considérés comme moins que des hommes? Colbert et Riff pourront-ils faire vaciller une telle société ? Le Worldshaker est un magnifique roman, une uchronie steampunk débordante d’aventures, d’humour et d’humanité. Une petite perle d’inventivité qu’il serait malheureux de laisser passer, quel que soit votre âge.

Source La Fnac

Un roman jeunesse à partir de 13 ans, de Richard Harland, qui a reçu le prix Tam Tam cette année (traduit de l’anglais par Valérie Le Plouhinec).
Pour les adultes aussi !!!

Apocalypse Bébé – Virginie Despentes

virginie_despentes_apocalypse_bebe« L’histoire de Lucie, détective privée sans talent, chargée de suivre Valentine, fille unique de l’écrivain François Galtan jusqu’au jour où… l’adolescente disparaît. Lucie se voit alors confier la charge de la retrouver, on lui conseille de se faire aider de « La Hyène » femme androgyne, solitaire et étrange. « 
J’avais entendu parler de ce film « baise moi » et puis plus rien… je n’étais pas allée le voir. Le titre me dérangeait et les critiques étaient partagés. Je n’aimais pas beaucoup l’affiche du film. Rien ne m’attirait.
Plus tard, en regardant le Grand journal sur Canal, elle était là avec Nothomb à faire sa promo pour son nouveau bouquin. Franchement, j’ai pas accroché. Et lire à longueur de pages que truc organise une partouze avec machin, et que bidule s’est fait prendre par truc… bof. Cependant… il était temps que je lise vraiment ce bouquin au lieu de me contenter de préjugés. Et j’avais rien compris effectivement de cette femme. Claque in my face.

Ce livre restera dans ma bibliothèque, celui-là ne bougera pas, et si je ne suis pas trop rigide dans mes principes à deux balles, je le relierai. Je vais essayer de voir ce film et je vais sans aucun doute emprunter ses anciens romans à la médiathèque.

Apocalypse Bébé une vraie intrigue. Les personnages sont attachants. C’est bien écrit, non c’est écrit admirablement bien. Il n’y pas trop de partouze et compagnie. ça reste soft (bon c’est sûr je ne le mettrais pas dans les mains de ma nièce même si elle comprend déjà beaucoup de choses…).
Parfois, ça tourne un peu en caricature et les supers pouvoirs de la Hyène sont un peu super exagérés. Je suis sans doute passée à côté d’explications. Qu’importe. C’est un bon roman.
Le personnage de Lucie (on s’identifie forcément à elle) est le seul personnage « normal », qui rééquilibre toute cette… on peut pas dire misère… décadence humaine. Je suis passée à Métronome de Lorant Deutsch. Je peux vous dire que la transition est très très difficile. Passer de « Panique dans ton cul » à Jules César, c’est toujours un peu perturbant. Mais je sens que c’est un bouquin qui va me plaire. Savoir que les Parisiens étaient des paysans héhé j’me bidonne. Allez c’est pas méchant. J’imagine juste Karl Lagerfeld en guenilles, sans ses lunettes, a bêcher dans le champs tout crassou. Tout de suite je vais passer une bonne journée.