A Ghost Story de David Lowery

de David Lowery
Avec Casey Affleck et Rooney Mara

Une histoire d’amour entre deux jeunes gens. C et M. Tout est simple dans ce couple. L’amour est sincère et la confiance est palpable. Aucun désordre. Tout est, presque, trop bien rangé.
L’homme meurt dans un accident de voiture… juste devant la maison…

Cette maison simple et agréable, d’un gris-bleu lavé, couleur des nuages d’hiver.

 

Le fantôme de C revient. Veut il hanter cette maison où il se sentait si bien ? Un fantôme comme dans les livres, un drap blanc et deux grands trous en guise de yeux, tristes et noirs. Il retourne dans cette maison près de sa compagne en deuil. Il ne parle pas et comme tout fantôme, fait juste vaciller la lumière ou tomber les livres des étagères. Il assiste impuissant à la dépression de son amour. Mais le temps passe et laisse place à la vie. La jeune femme décide de quitter la maison.
Le fantôme ne se résout pas à quitter cette demeure. Il va être acteur des changements de locataires, et des évolutions de la société, coincé dans le temps.

 

C’est ce vide si présent, si bien filmé qui m’a mise mal à l’aise. Nous voulons tous combler les absences et cette solitude. Effacer les temps morts. Se remplir. Il y a une scène particulière… mais je n’ai pas envie de vous en dire plus.

Ce film c’est une petit bijou, comme un petit objet rare, fragile, qui doit ne pas être trop manipulé. ça rend mélancolique mais ça aide à apprécier les choses, à relativiser. Juste laisser des petits mots d’amour aux gens qu’on a tant aimés. Et penser à ceux qui nous observent, peut-être.

Je suis allée par hasard voir ce film. Pas de hasard puisque sur mon fauteuil, en lisant la presse, je découvre qu’il est le réalisateur de Les amants du Texas. (ce film m’avait bouleversée : par ici)
Depuis j’écoute en boucle Dark Rooms – I Get Overwhelmed.

Les couleurs, le son, la mélancolie, la douceur, le sens… tout me touche chez ce réalisateur. En espérant que vous puissiez le voir.

bonne soirée

Carol de Todd Haynes

Carol_poster2
Un film pour les amoureux des années 50 mais pas seulement.

Un magnifique film sur les femmes. Je n’ai vu que justesse et raffinement. Sans abuser de détails excessifs, on est porté dans l’atmosphère de New-York, dans l’Amérique d’après guerre où tous les rêves sont possibles.
Continuer la lecture de « Carol de Todd Haynes »