Paris, Texas de Wim Wenders

Paris_Texas_jdejeannette6

Wim Wenders est un grand réalisateur et scénariste allemand. Je vous conseille de ce Grand les films « Pina » et « Buena Vista Social Club » si la musique de tout horizon vous passionne. Continuer la lecture de « Paris, Texas de Wim Wenders »

Holy smoke par Jane Campion

holy-smoke_affiche

Comédie dramatique de Jane Campion, Holy Smoke est un film sortie en 1999. Jane Campion, réalisatrice néo-zélandaise était la Présidente du jury du Festival de Cannes cette année. Elle ne vous est pas tout à fait inconnue sans doute, seule lauréate de la Palme d’Or avec le film La leçon de piano. Continuer la lecture de « Holy smoke par Jane Campion »

Film Cornouaille d’Anne Le Ny

Tout d’abord un grand merci à Dame Skarlette qui m’a fait gagner deux places de cinéma pour voir le film Cornouaille.
J’appréhendais un peu. C’est la première fois que je gagne des places et j’avais peur qu’ils refusent le papier. Mais non ! oufff.

Synopsis : Odile est une jeune femme indépendante et rationnelle à l’existence bien réglée. Pourtant, alors qu’elle prend possession de la maison de sa tante dont elle vient d’hériter en Bretagne, la réalité, petit à petit, commence à lui échapper… Est-ce l’endroit qui est hanté ? La mémoire d’Odile qui, en se réveillant, lui joue des tours ? Ou bien Loïc, son prétendu « ami d’enfance retrouvé », qui l’entraîne vers d’étranges chemins ? Dans les brouillards de cette Cornouaille mystérieuse, rien ne se passe comme Odile l’attendait…

Le décor
Ce film se passe près d’Audierne, au nord ouest de Quimper. Près de la mer, les soirs de tempête et en hiver, la vie est assez rude. 
La réalisatrice a parfaitement su recréer cet atmosphère changeant, vivant et parfois hostile à l’homme. Elle a réussi à me faire sentir cette sensation de solitude et de repos. Vous savez celle qui appelle à la méditation et au repli. Celle qui nous fait du bien en nous faisant du mal, mais qui est régénératrice.

Les acteurs
Vanessa Paradis, Samuel Le Bihan sont tous deux formidables.
Ce rôle était fait pour Vanessa Paradis. Je la vois comme ça. Exactement. Naturelle, introvertie, simple. Mon homme et moi, en sortant, avons eu les mêmes sensations. On a eu l’impression que ce rôle lui a fait du bien. Qu’elle avait eu besoin de ça. Une drôle de sensation. On s’est dit tous deux : c’était elle.

Mon avis
J’ai beaucoup aimé ce film. C’est un chemin intérieur. Et je l’ai ressenti. Je peux comprendre que l’on soit hermétique à cela.
Il est brut mais juste dosé à point pour ne pas tomber dans les excès de la bigoudènerie ambiante. Je hais les clichés. La Bretagne ce n’est pas ça. C’est un lieu qui est chargé d’émotions et de force. Ce film a su me le faire sentir à travers une belle histoire.
Merci encore à toi Skarlette. J’ai savouré énormément ce moment réussi.

La Cité des Enfants Perdus

Vous devez penser que je vous sors de vieux films tout poussiéreux. J’apprécie juste de vous parler de films (qui datent il est vrai) mais de grand intérêt !. Parfois on peut passer à côté de pépites et ça ne coûte rien de faire une petite piqûre de rappel. De plus, cela fait un an et demi que je blogue. ça paraît beaucoup mais en fait le temps que la machine se mette en route, qu’on comprenne les codes etc… certains posts essentiels ne voient le jour que bien plus tard.

Ce film date de 1995. Un film esthétiquement fantastique, steampunk à souhait. Sans doute, l’un des premiers films français steampunk. Et qui parle à la bretonne que je suis.

Un port de commerce et des bars à dockers. On sent l’odeur de la rouille et du poisson pas frais. Une atmosphère assez lourde et sombre. Ce film steampunk nous raconte l’histoire d’un savant fou qui vole les rêves des enfants. Les costumes réalisés par Jean-Paul Gaultier lui ont valu une nomination aux Césars. On retrouve la fameuse marinière revenue en force ces dernières saisons (je crois que la marinière sera moins à la mode cet été 2012….).

Synopsis : Krank, un étrange personnage vit entouré de clones et d’autres personnages encore plus étranges sur une plate-forme en mer perdue dans le brouillard. Krank doit, pour ne pas vieillir trop vite, voler les rêves des enfants. C’est pour cela qu’il les enlève de la cité portuaire.

Une marmule doux comme un agneau perd son petit frère. Il se lance à la recherche du petit garçon. Dans sa course, il rencontre une petite fille Miette. Elle va l’aider dans sa quête….

Bright Star de Jane Campion



Ce film raconte l’histoire vraie d’un amour contrarié par les us et coutumes de l’époque. Nous sommes en 1817. John Keats, poète romantique anglais, orphelin dès l’âge de 15 ans, rencontre de grands poètes et écrivains qui deviennent de grands amis et protecteurs.
Avec son ami Charles Armitage Brown, ils s’installent chez des amis en Ecosse. John Keats rencontre la belle Fanny Brawne. Cette jeune fille de 18 ans est très sollicitée. Belle et précieuse, Fanny semble être trop superficielle pour John. Pourtant, le décès du frère de John, mort d’une tuberculose, va les rapprocher. Fanny est très touchée par cette disparition. John va sentir chez cette jeune personne la sensibilité qu’il n’avait pas perçue auparavant. Continuer la lecture de « Bright Star de Jane Campion »

The Edge of Love


L’histoire de ce film est inspiré de faits réels du poète gallois Dylan Thomas dans les années 40. Dylan Thomas est un poète et écrivain très célèbre au pays britannique mort jeune, à 39 ans. C’est son fort penchant pour l’alcool qui le tua. Continuer la lecture de « The Edge of Love »

Chéri le film de Stephen Frears


Si vous êtes un(e) amoureu(se) comme moi du début du XX siècle pour les arts et la mode, je pense que vous allez savourer ce film. J’apprécie beaucoup l’Art Nouveau. Entre 1890 et 1920, cette période est très riche. L’architecture, la décoration, les robes et les bijoux sont si raffinés. Ce goût pour l’Art nouveau n’était réservé qu’à la classe supérieure.

Ce film m’avait un peu ennuyée. On s’attend même à la fin. C’est doux et simple, voilà tout.

Synopsis : Dans le Paris du début du XXème siècle, Léa de Lonval finit une carrière heureuse de courtisane aisée en s’autorisant une liaison avec le fils d’une ancienne consœur et rivale, le jeune Fred Peloux, surnommé Chéri. Six ans passent au cours desquels Chéri a beaucoup appris de la belle Léa. Aussi madame Peloux décrète-t-elle qu’il est grand temps de songer à l’avenir de son fils et au sien. Il faut absolument marier Chéri à la jeune Edmée, fille unique de la riche Marie-Laure. Alors que le moment fatidique approche, Léa et Chéri tentent de se résoudre à cette séparation imminente tout en s’apercevant qu’ils sont beaucoup plus attachés l’un à l’autre qu’il ne voulait bien l’admettre. D’après le roman éponyme de Colette.

Allez je vous dit la fin ! non ? si !!. Et bien… si je vous dis l’amour a bien un âge… ça vous parle ?
Le film est surtout une source pour les passionnés d’art de cette époque. Admirez ce travail fait par les décorateurs et les costumiers du film.
De la soie et des dentelles, de la fourrure, des plumes, des tapis somptueux, un jardin d’hiver, le balcon…. et ce lit, avec une tête de lit de courbes végétales. le rêve.
Michelle Pfeiffer avec cette robe en soie verte est magnifique. Allez j’vais mettre mon gilet…. A tchao !!