Pouliche tu étais, Motarde tu seras !! petits conseils et autres anecdotes sur le permis moto pour les femmes (et non pour les nulles dis donc !!)

IMG_20140503_173949

Une jeunesse à la campagne. C’est bien. Sauf si la campagne t’ennuie c’est plus ennuyeux… ennuyant… forcément…
Deux sports à la carte subventionnés par l’amicaaaal laïïïïque du canton de ton bled « tu feras du foot ou de la danse classique ! choisi »… « génial… j’vais me cacher dans le champ de maïs, me prendre pour Pocahontas et je reviens »
Une soif de liberté et d’évasion n’a cessé de grandir en moi.

La mob fut le moyen le plus pratique et agréable pour fuir cet enfermement social. Après quelques roulades et visite inopinée de fossés à mon plus jeune âge (le plus dur est que ça ne se voit pas de retour au bercail) je devins plus sage en 125 (et non à 125 ans, hein).
Suivit alors l’apprentissage malheureux du plateau (circuit semé de plots « et d’embûches » pour l’épreuve de maniabilité) afin de conduire une plus grosse cylindrée. Je me résigna à passer à l’arrière des motos après avoir bien failli écraser le moniteur qui se trouvait lui aussi sur le plateau (mais qu’est ce qu’il faisait là le moustachu ??)… J’abandonna ma petite 125 et mes souvenirs de franche rigolade pour me ranger dans une case…. « oublie le permis, ce n’est pas raisonnable ». Raisonnable voilà un mot qui sonne souvent comme un rappel à l’ordre. Mais raisonnable signifie-t-il être dans le moule ? devenir adulte, c’est bien cela ? ou est-ce qu’on voulait juste me signifier que les jupettes en culotte courte n’ont rien à faire sur une selle ?

Les fausses excuses
Quelques années plus tard, les hormones aidant, horloge biologique additionnée d’un événement : une copine passe le permis moto et l’obtient avec succès. Grosse admiration. Puis déclic. Le greaser n’y croyant pas trop mais me soutenant, je me décide enfin à le passer.
Les fausses excuses comme
– « c’est cher » : est ce que tu seras plus riche ? plus pauvre ? et si tu achetais moins de fringues ? (de crèmes, de bibelots, de magasines, de clopes, de …). Et les autres s’appellent Paris Hilton ??
– « c’est dur » : un moniteur m’a lancé pour (enfin) clouer mon caquet et que j’arrête de me plaindre « Personne n’a dit que c’était facile et personne ne t’a obligé à venir !!« . Il n’avait pas tort. Au moins il savait comment me parler pour ensuite me demander en mariage.
Alors bonne nouvelle ! tout le monde en bave, les hommes, les femmes. La moto n’est pas une question de muscles, de taille, etc, mais d’apprentissage et de techniques.
– « je n’ai pas le temps » : effectivement le temps passé sur le plateau peut varier d’un individu à l’autre… et vu le prix de l’heure tu n’auras pas le temps de te passer un coup de peigne. L’énergie aussi. T’es simplement H.S à la fin d’un cours. Alors à toi de lâcher le temps passé sur internet, dans les salles de sport, à lire… et puis surtout te reposer… ZZZZZzzzzzz

Arrêtons de bluffer. Une raison valable qui m’a souvent arrêtée. La peur. La peur c’est humain et ça permet de ne pas te fracasser dans un mur. Alors parfois freinage d’urgence, slalom, gamelle… ça fait peur. oui (et ça fait maaaal) mais la peur c’est comme le reste ça se gère et ça s’apprivoise avec le travail au fil du temps.

Pour autant, ce n’est pas le bagne et quand le plaisir se fait sentir, tu deviens vite accro. Tu décolles 🙂

Le code
Tout commence par la reprise des cours, comme à l’école, retour sur les bancs pour le code. Ce qui m’a sauvé des regards en coin des jeunes boutonneux, c’est la déclaration officielle du moniteur « non Jeannette n’a pas trop bu, elle passe juste son permis moto ». Merci Charly, mon honneur est sauve.
Mais il a vite rechuté à la question :
« vous êtes entre amis à une fête. Vous êtes en fin de soirée. Il faut rentrer. Celui qui conduit ?
A-Celui qui a bu deux bières
B-Celui qui a le moins bu
C-Celui qui n’a pas bu.
Réponse B….
Vous désignez Sam
A-en début de soirée
B-en milieu de soirée
C-en fin de soirée
. »
Réponse C forcément en fin de soirée, on verra celui qui aura le moins bu… retour case départ. Oublie ta vie, tes habitudes, oublie qui tu es. Tu passes ton code de la route (tu peux même déposer un dossier à la préf « changement de nom » si ça peut t’aider).

Le plateau (épreuve de maniabilité, le lent.. le rapide…)
J’ai eu la chance d’avoir une teigne comme moniteur, une vraie teigne qui ne te lâche pas… bref le moniteur qu’il faut. Je pense qu’il a voulu plusieurs fois m’assassiner. Moi aussi. Je lui aurais bien roulé sur le pied, fait un doigt d’honneur, cracher dans son dos (je ne sais pas cracher donc je m’abstiens. je m’en mets partout)… Il m’aurait bien écrasé sa cigarette sur le front, poussé avec ma moto pour que je m’affale, arraché les cheveux, il n’en pouvait plus. limite dépression nerveuse. Mais qu’est ce qu’on a ri… même quand je tombais on réussissait à se croire dans un film de James Bond. Les nerfs qui lâchent…
Pouliche j’étais, Motarde il m’a fait ! Un gars en or. Je crois qu’il était fier quand je l’ai eu… il pouvait… Message au Président : il faut lui décerner la Légion d’Honneur.
Le plateau c’est éprouvant mais (c’est tellement idiot ce que je vais dire) indispensable. Outre les blagues misogynes de certains gros lourds sur les femmes « oh rigole c’est marrant », je me suis amusée.

IMG_20140710_132153

La conduite
La conduite n’est pas si facile qu’elle y parait. Une fois l’épreuve du plateau réussie, une certaine fatigue et lassitude s’installent. Mon dieu (je ne crois pas en dieu mais au cas où) faites que je l’ai ce satané permis !.
Ma petite teigne adorée continuait à me crier dans les oreilles (en leçon de conduite tu as une oreillette dans le casque. Tu entends mais le moniteur ne t’entend pas) « A droiiiiiiite !! mais qu’est ce tu fous ! c’est 50 !!! t’es trop à gauche !! TES CONTROLES !!! TES CONTROLES !! me fais pas ça à l’examen !!! »
« J’vais me le faire dès que je sors la béquille !!! la prison ça passera vite »

Et puis on respire et ça repars. Pour en fin de compte vivre une grande émotion. Une très belle aventure. Une aventure qui se poursuit !
juste un dernier conseil. Si vous souhaitez passer votre permis moto, choisissez bien votre moniteur. Rencontrez le d’abord, allez vous rendre sur le plateau avant de vous décider… Sentir si le courant passe, c’est la clef de votre succès.
RIIIIIIIDE !!!!!

5 réflexions sur « Pouliche tu étais, Motarde tu seras !! petits conseils et autres anecdotes sur le permis moto pour les femmes (et non pour les nulles dis donc !!) »

  1. Tu dois t’éclater! Et puis partager une nouvelle passion commune avec ton homme, mais plus seulement en passagère, c’est le grand kiff, non? 😉

    1. J’ai (encore !!) un peu souffert en allant chercher ma future mais nous étions accompagnés d’amis (adorables) : froid, distance, inexpérience, manque de connaissance de la bécane, voie express pour finir la nuit… maintenant fini. Mais (encore !!) de drôles de sensations qui deviennent de bons souvenirs en fin de compte. On a tous souffert ensemble. On s’en souviendra. Maintenant j’aimerais me sentir plus en confiance. C’est à dire rouler tranquillement pour apprendre encore…. rouler avec son homme, c’est so excited (on a 15 ans !! de vrais gosses !!)

  2. Congrats ! J’ai eu mon permis moto il y a 3 ans maintenant…ma plus grande fierté je crois !!! Non ce n’est pas réservé qu’aux hommes !! V !!!

    1. heyy merci d’être passée par ici ! je sens que je vais dévorer ton blog… bonne surprise ! je file te découvrir ! bye

Les commentaires sont fermés.