Only Lovers Records

Vacances, monoï et planches de surf, tous ces ingrédients me donnent l’envie de vous parler MUZZZIQUE. Le label ONLY LOVERS RECORDS ouvre de nouveaux horizons (les nôtres sont parfois bouchés par une diffusion radio ou TV répétée de pop stars). Tout d’abord, une belle présentation, puis parlons un peu de Sunflowers, groupe portugais qui déchire :

Votre jeune label sorti en février dernier a pour logo l’anatomie d’un cœur, c’est votre représentation de l’amour pour la musique ?

Je dirais oui par extension, mais dans un premier temps, c’est plutôt ma représentation de ma passion pour un cinéaste, et pour un film en particulier, « Only Lovers Left Alive » de Jim Jarmusch.

J’ai été éternellement marqué par ce film, sa beauté, sa subtilité et son point de vue sur le monde dans lequel nous vivons. Le personnage principal, Adam, joué par Tom Hiddleston, est un vampire rocker, se cachant dans une grande demeure dans un Détroit en ruine, et sortant des disques mystérieux qui aiguisent la curiosité des musiciens locaux. C’est pourquoi j’ai rapidement pris la décision de nommer le label Only Lovers Records en référence à ce film, et plus indirectement à l’acte de sortir des disques.

Le graphiste est partie sur cette proposition de cœur, qui était très organique sur les premières versions, plutôt en référence à l’organe humain. Nous avons affiné, et progressivement ce cœur dont les parties s’assemblent est apparu.

Qui se cache derrière ce cœur brisé ? (une photo de l’équipe.. ou de votre tasse à café.. ou des pochettes de disques qui trainent)

Pour commencer, l’emploi du verbe se cacher est tout à fait approprié car ce n’est pas vraiment dans ma nature de me mettre en avant. Mais bon, je vais prendre sur moi le temps de ces quelques questions et je retournerai me cacher derrière ma boîte mail juste après… Pour faire court, je suis vidéaste depuis de longues années, ce qui est encore un peu mon métier car je n’ai pas tout abandonné du jour au lendemain. Seulement, j’ai eu l’opportunité fin 2015 de passer à autre chose, et comme la tentation de monter un label est présente depuis mon plus jeune âge, il fallait que je saisisse cette chance de le faire maintenant. J’ai donc suivi une formation à Nantes pendant 4 mois, dans un chouette lieu qui s’appelle Trempolino.

Un an plus tard, le label était sur pied. Et je remercie chaleureusement le personnel et les intervenants de cette formation car c’était tout à fait ce dont j’avais besoin pour avancer. Lors de la formation, j’ai également eu un stage à faire, et comme je suis dans les remerciements, je les envoie aussi au label participatif Microcultures qui m’a accueilli pendant quelques semaines et avec lequel je travaille encore.

Pour finir, comme le café fait vraiment partie de mon quotidien, (trop ?), je ne vais pas rater l’occasion, comme tu le suggères, de montrer mes deux mugs préférés que voici :

Pour la petite histoire, celui du festival Indigènes est particulier car le festival a lieu à Stéréolux, salle voisine de Trempolino, et le hasard a voulu que The Sunflowers y soit programmé cette année, le 18 mai, en ouverture de Thee Oh Sees, pour leur première venue en France.

Quelques pochettes de disques aussi. Pour l’occasion je t’ai fait une sélection « mes dernières obsessions ». En effet, quand un album me plaît, j’ai tendance à l’écouter jusqu’à épuisement, et quand je parle d’épuisement, c’est plutôt pour les autres que pour moi… 😉 donc il y a bien sûr The Sunflowers, dont on reparlera juste après, hop teasing, y’a pas de quoi, puis « Still Life » de Kevin Morby, sur lequel j’ai eu une légère tendance à écouter en boucle l’album puis un morceau en particulier, à savoir « All of My Life« , perle absolue, pour finir par écouter en boucle sa discographie. Il y a également Parquet Courts, groupe américain garage/noise, que j’ai découvert en concert à la Route du Rock et pour finir Tess Parks et Anton Newcombe, pour moi le grand disque de 2015.

Quel est le genre d’artistes qui peuvent faire partie de vos talents ? qu’est ce qui vous fait vibrer ?

Alors Kevin Morby, haha, bon il est bien au chaud sur le label Dead Oceans et parfaitement indélogeable, c’est donc plutôt une vanne mais, comme il faut bien voir grand pour avancer, je dirais, pour embrayer sur ta question, que c’est le genre d’artiste qui me fait vibrer.

Mes genres de prédilections sont le folk, le rock indé, et dernièrement, je me suis remis à écouter beaucoup plus de musique garage et psyché. Ce qui me fait vibrer, c’est que la musique soit vraiment habitée par l’artiste qui la compose et qui l’interprète et surtout que l’artiste parvienne à graver cela sur disque, ce qui me semble encore plus compliqué que de le transmettre en concert.

La compilation Parade comportera combien d’artistes ? serait-elle téléchargeable gratuitement ?

Elle comportera dix artistes avec pour cette premier volume un léger focus sur Poitiers avec 3 groupes de cette ville, qui est aussi celle du label. Il y a également trois autres groupes français, trois américains et un hongrois. Avec cette compilation, l’idée est de créer une collection folk et d’aller dénicher des groupes des quatre coins du monde pour les faire découvrir en France et ailleurs dans le monde en créant des liens entre les groupes et les fans de ceux-ci. Pour cette collection, j’ai imaginé une série limitée à 200 exemplaires, fabriquée dans une pochette en carton recyclé et sérigraphiée.

Ne croyant pas vraiment à la musique téléchargeable gratuitement, cette compilation ne le sera pas. Aujourd’hui le streaming permet déjà une écoute simple sans donner d’argent ou très peu. Je revendique donc l’acte d’achat pour se procurer un disque, ou des mp3.

Pour ce premier volume de la compilation, elle sera disponible physiquement uniquement sur le Bandcamp du label et sur sa boutique Big Cartel mais elle sera en streaming sur toutes les plateformes sur lesquelles les fans de musique ont leurs habitudes.

https://onlyloversrecords.bandcamp.com/album/parade-1

http://onlyloversrecords.bigcartel.com/product/parade-1

THE SUNFLOWERS

Le groupe portugais The Sunflowers sortira son premier album le 5 mai 2017, pouvez vous nous parler de ce groupe garage surf ?

 

Le groupe est un duo qui est originaire de la ville de Porto au Portugal. Je les ai découvert en faisant des recherches sur Bandcamp, dans l’idée de préparer des vacances à Porto en juillet 2016. Je n’ai pas pu les voir sur scène pendant ces vacances car ils n’avaient pas de concert mais peu de temps après, en septembre 2016, j’ai vu qu’ils sortaient un album. J’ai immédiatement été séduit par celui-ci, que je trouvais bien mieux que les précédents EP. Ce qui m’a le plus frappé, c’est cette sensation de les avoir en concert dans son salon à l’écoute du disque et cette folie qui se dégage des compositions. De plus, je leur trouve un sens aigu de l’appropriation des genres car ils naviguent très facilement entre le surf, le garage et le rock 50’s parfois par de légers riffs de guitare ou leur manière de placer des chœurs.

Merci à toi Jude d’avoir répondu à ma curiosité maladive et de nous faire découvrir ces pépites. Bonne route à Only Lovers Records !!

Du Dirt Track en Bretagne !

Le 30 juin 2017, le spécialiste Yann Le Douche de Breizh Coast Kustoms, concepteur et passionné de courses, présentait lors de sa soirée événement son Dirt Tracker fraichement sorti des ateliers de pointures comme KCP Designs, Fifties and More, et l’Atelier du Graveur, etc.

Il me donne l’occasion d’en parler et de creuser un peu en toute modestie cette discipline bien rock’n’roll.

Les courses de moto sur piste existent depuis belle lurette. Je suis de la génération Motobécane et Moto cross, sport extrême très présent en nord Finistère (et ailleurs) dans les années 90 ! Préférant les épingles à nourrice (UK) que les aigles dans le dos (US), les termes Dirt Track ou Flat Track sont inconnus dans mon jargon.

Avant tout, y a t-il une différence entre le Dirt Track et le Flat Track ? non, le Dirt track est le terme employé aux Etats-Unis.

Dirt track racing ? C’est une course de moto sur piste ovale en terre, avec pour technique de pilotage la glisse, en frein arrière et à moteur, les pilotes sont équipés d’une semelle en acier. Les courses de Flat Track offre un show excitant pour le public aux gradins, grâce aux looks des machines ainsi qu’à la façon de piloter ces dernières. Cela a donné naissance à des machines sport avec moteur Harley comme la dernière née de BC Kustoms (les caractéristiques du moteur Harley d’après ce que j’ai pu comprendre sont bien adaptées à ce type de pilotage).

Flat track racing support party le 30 juin 2017

Yann Le Douche : « Le Flat-track est la discipline la plus ancienne du sport motocycliste. Les concurrents s’affrontent sur une piste ovale en terre battue (montés) sur des motos un peu particulières. Ce sont de vraies machines de course, dérivées de moto de série ou de cross, et dépourvues de freins avant. Malgré les risques que prennent les participants, le flat track, ou dirt-track, est réputé pour être très formateur pour les autres pratiques sportives sur moto. »

Une présentation à Quimper de la discipline réussie ! Chez son ami Steven, restaurant Le Saint Mathieu à Quimper, la vedette alias Hooligan Tracker se faisait discrète voire timide dans un coin près du zinc. La belle brillait et préservait ses belles finitions avant sa participation à la course du festival anglais DIRTQUAKE, les 7, 8 et 9 juillet 2017, à King’s Lynn, pour la Hooligan racing.

Hooligan Flat tracker de Breizh Coast Kustoms

Le DIRTQUAKE Festival :
« J’ai toujours voulu faire une course en tant que pilote (professionnel). Je fais les choses sérieusement, j’ai monté moi-même une belle machine de course qui peut gagner et j’ai démarché les sponsors. Mais je ne me prends pas au sérieux, je n’attends pas de victoire. J’attends de me retrouver sur la même grille de départ que des quadruples champions du monde comme Carl Fogarty !»

Christophe de KCP Designs (à gauche) et Yann de Breizh Coast Kustoms (à droite)

Le projet en Pays de Cornouaille
BC Kustoms a un beau projet qui tient la route ! Ouvrir une piste ovale en Cornouaille et faire découvrir ce sport aux amateurs et passionnés de la région, et pourquoi pas faire rayonner ce site au delà de la Bretagne. Belle initiative qui j’espère sera soutenue par les collectivités locales… A suivre

Si vous souhaitez des renseignements plus techniques sur la conception du Flat Track de BC Kustoms, n’hésitez pas à le contacter par ici. Suivez cette aventure en Cornouaille pour un beau projet moto.

En le remerciant pour l’invitation, et de m’avoir permise de poser ma carcasse sur cette belle conception.

la jupette sur le Flat Tracker !! niak niak

 

Essai Harley-Davidson STREET ROD 2017

La Street Rod est toute nouvelle. Petite sœur de la Harley-Davidson Street, la Street Rod est arrivée au mois de mai à la concession Cornouaille Moto à Quimper. Les essais sont ouverts. Et c’est avec excitation (et un peu d’appréhension) que j’ai accepté ce premier essai … provenant non pas de la concession mais de mon barbu.

Soucieux de mon confort et conscient qu’un jour l’envie de changer de moto arrive, il eut la bonne idée de m’inscrire. Je lui souffle un « t’es sûr », il me répond « Essaie !! ».

L’essai est assez rapide mais les formalités sont plutôt simples donc No Stress Jupette. Le parcours est sympa et varié avec quelques courbes et double voies.

La Street Rod, les +
– Première sensation de légèreté en comparaison avec mon sportster de 98..
– Facile à manier (après mettre trompée de route, manœuvre facile),
– Cadran, commandes… clignotants, assise, bulle avant agréables,
– Bonne tenue de route, je me suis sentie à l’aise assez vite malgré mon gabarit. Dans les courbes, face au vent ou dans les ronds points très agréable.

Les –
– Le pot d’échappement frotte au mollet à l’arrêt… ça chauffe un peu ou je rêve !! je pense qu’elle était un peu haute pour moi,
– La forme du guidon plat et large, je le mets dans les points négatifs car elle oblige à se pencher. J’aurais pu le mettre dans le positif car j’ai bien aimé cette tenue Sport !!! juste que c’est une habitude de tenue : genoux plus hauts, buste plus en avant… Mais je valide,
– 6 vitesses. Je ne vois pas pourquoi en mettre autant sur ce modèle plutôt adapté pour la ville et des courts et moyens trajets. Une boîte de 5 suffisant,
– Le réservoir.. je l’ai trouvé un peu trop large. Mais bon c’est un détail,
– Le son du moteur (mais il parait que c’est normal…).

Et pour conclure, je n’ai pas trouvé le point mort… Pas faute d’avoir insisté et d’avoir gardé un calme olympien.. mystère. Pour la couleur, je pense que le noir n’est pas forcément la couleur qui doit mieux lui aller.

Résultat des courses : je pense que l’on peut vite s’attacher à ce modèle avec son petit look un peu sport ! Elle pourrait attirer les jeunes loulous et les filles soucieuses du poids de la machine. Un bel essai ! 

 

RUSTY’S RIDE // MORNING 13 MAI 2017 // LENNON’S BAR

Rusty Heads connais pas… pour résumer c’est un groupe de copains qui se rassemble pour partager des événements, dans la région, autour de la moto. Quel est leur point commun ? ils aiment la mer, la glisse, les mobylettes, les BBQ et les fringues (et même les pins)… ah aussi les paillotes au bord de mer, les tatouages, illustrations et lettrages.
Si la carcasse de leur machine rouille à cause des embruns de la côte bretonne, it’s not a problem my friend. Continuer la lecture de « RUSTY’S RIDE // MORNING 13 MAI 2017 // LENNON’S BAR »

Guyader Gastronomie sur la Route du Rhum 2018

Journée Blogueuses au Grand Prix Guyader

Après notre journée blogueuses au Grand Prix Guyader (blogueuse…pluvieuse…), j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur ce catamaran. Gwen Chapalain de la Guyader Sailing Team m’a consacré quelques minutes pour me parler du TS42.

Si comme moi, lorsqu’on vous parle de différents types de voiliers, formes et matériaux, vous avez l’impression de revivre votre premier cours de physique-chimie au collège… c’est normal. Il y a des mondes parallèles qu’on ne soupçonne même pas !! Continuer la lecture de « Guyader Gastronomie sur la Route du Rhum 2018 »

C’est qui le patron de la Maison Jaune ?!

Vous avez déjà rêvé de passer de l’autre côté du comptoir ?
Se glisser dans la peau d’un populaire tenancier d’un pub breton, repère de flibustiers, respecté de sa fidèle clientèle. A Locmaria, dans le plus vieux quartier de Quimper, NDMAC a créé un lieu atypique appelé La Maison Jaune. Inutile de passer de l’autre côté du zinc, des tables tireuses de bières sont à ta disposition.
Découvre la MJ sur macornouaille.fr

Les Rusty Heads & Lennon’s Bar present la Sailor Jerry Party

On peut aimer la moto sans être motard, être motard mais préférer la bonne zique, sans aimer les tatouages ou être tatoué et n’avoir ni moto et écouter Mozart. si si ça existe. Continuer la lecture de « Les Rusty Heads & Lennon’s Bar present la Sailor Jerry Party »

La crêperie du Veryac’h à Camaret

« Il n’est pas nécessaire d’en baver pour être heureux »… ce devait être les propos d’un médecin qui faisait sa promo pour son livre fraichement sorti sur le bonheur… Continuer la lecture de « La crêperie du Veryac’h à Camaret »

Pique nique en Hiver à Bénodet Beach

produit végétal Guyader
Cake Guyader (faible teneur en gluten) survivant face à deux prédatrices à plumes

Le printemps pointe son nez. J’ai pas su l’attendre pour m’offrir un pique-nique hivernal. Nous voilà partis en moto, le sac à dos rempli des produits de la nouvelle gamme végétale Guyader, dans leurs emballages d’origine, pratiques à glisser dans le sac. Continuer la lecture de « Pique nique en Hiver à Bénodet Beach »